le 16 juin

  

Sainte Lutgarde, vierge, cistercienne (1182-1246)

Native de Tongres dans le Limbourg belge, elle se fit moniale bénédictine à 20 ans. Pour échapper à une nomination abbatiale, elle passa au couvent des cisterciennes d'Aywières, où elle connut pendant trente ans de nombreuses expériences mystiques. Onze ans avant sa mort, elle devint aveugle.

 

les Saints Ferréol et Ferjeux, martyrs (vers 212)

Ferréol, prêtre, et Ferjeux, diacre, auraient été frères, natifs d'Asie Mineure. Saint Irénée de Lyon les envoya évangéliser la région de Besançon, où ils travaillèrent trente ans, avant de mourir martyrs.

 

Saint Bennon, évêque (1010-1106)

Né à Hildesheim en Allemagne, et élevé à l'abbaye de Saint-Michel dans sa ville natale, il devint chanoine à Gozlar, chapelain du roi Henri III et enfin évêque de Meissen. Protagonistes de la querelle entre le pape Grégoire VII et Henri IV, il n'était pas toujours un défenseur convaincu du pape. Plus tard, il prêcha dans le pays des Wendes. Luther fut très offusqué par sa canonisation en 1525.

 

le Bienheureux Guy Vignotelli, tertiaire franciscain (vers 1185-1245)

Espagnol, riche citoyen de Cordoue, il abandonna ses biens à la suite d'un sermon de saint François d'Assise. Reçu dans le tiers ordre franciscain par le fondateur même, il fut ordonné prêtre et passa le reste de sa vie comme reclus près de Cortona, en Italie.

 

la Bienheureuse Marie-Thérèse Scherer, vierge, religieuse (1825-1888)

Née à Meggen, en Suisse, elle se consacra dès sa jeunesse au service des pauvres et au soin des malades. Au cours d'un pèlerinage à Einsiedeln, elle reconnut sa vocation à la vie religieuse. Elle rejoignit la Congrégation des Soeurs enseignantes à Menzingen puis, à partir de 1857, elle dirigea avec le capucin Théodose Florentini, l'Institut des Soeurs de la Charité de la Sainte-Croix, abandonnant ainsi la vie d'enseignante qu'elle aimait tant. Après la mort de son fondateur, elle continua à diriger sa congrégation aux prises avec de grandes difficultés financières. Béatifiée par Jean-Paul II en 1995.