le 21 mai

 

Saint Second et ses compagnons, martyrs (en 357)

Second, prêtre de l'église d'Alexandrie, subit le martyre avec un grand nombre de clercs et de laïcs, hommes et femmes, sur l'ordre du patriarche intrus, l'arien Georges. Ce dernier se trouva appuyé par l'empereur Constance, qui avait exilé le patriarche Légitime, saint Athanase.

 

Saint Constantin, empereur (en 337)

Fils de Constance Chlore et de sainte Hélène, il fut élevé à la cour de Dioclétien et proclamé empereur après la mort de son père à York, en 306. Combattant sous le drapeau marqué de la Croix, ses troupes battirent son rival Maxence à proximité du pont Milvius, près de Rome, et Constantin se fit chrétien, concluant ainsi la paix avec l'Eglise. Bien qu'il ne fût baptisé que peu avant sa mort, Constantin présida des conciles, tels que celui de Nicée et essaya de résoudre les conflits internes et externes de l'Eglise. Ses lois et sa politique se basaient sur les principes chrétiens. Il était un grand constructeur d'églises. En orient, il est vénéré comme le "treizième apôtre".

 

la bienheureuse Catherine de Cordoue, vierge (1519-1577)

Née à Naples, d'une illustre famille, elle vécut à la cour de Philippe II d'Espagne, avant de se retirer comme recluse près de Roda en espagne méridionale. Vingt ans plus tard, elle fut reçue dans un couvent de carmélites, où elle continua néanmoins sa vie d'anachorète. Sainte Thérèse l'avait en grande estime.

 

Saint Charles-Eugène de Mazenod, évêque, fondateur (1782-1861)

Natif d'Aix-en-Provence, de famille noble et riche, il eut, dans son enfance, la vive intuition de l'ignorance religieuse consécutive à la révolution et il résolut d'y remédier. Ordonné prêtre en 1811, il s'entoura bientôt de quatre compagnons qui se nommèrent dès 1816 "les missionnaires de provence". Lors de l'approbation pontificale du jeune institut en 1826, les religieux adoptèrent le nom d' "oblats de Marie-Immaculée". Archevêque de Marseille à partir de 1837, il prit comme devise: "le zèle de ta maison me dévore... il m'a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres". Il se montra héroïque durant le choléra qui ravagea la ville. Sa renommée parvint jusqu'au Canada, au Ceylan et en Afrique du sud où on lui demanda quelques-uns de ses oblats. Ceux-ci devinrent en peu de temps les apôtres du grand nord Canadien, puis se déployèrent dans le monde entier, en spécialistes des missions difficiles. Leur fondateur fut canonisé par Jean-Paul II en 1995.