le 11 septembre

 

Saint Paphnuce le Grand, ermite, évêque (vers 360)

Evêque égyptien, il souffrit pour la foi sous Maximien Daïa: il eut un oeil crevé et une jambe paralysée. Après avoir rejoint saint Antoine comme ermite, en 311, il fut sacré évêque d'un diocèse de la Haute-Thébaïde. Il participa au Concile de Nicée, où il réussit à convaincre les autres évêques de ne pas obliger les prêtres mariés à se séparer de leur femme. Toute sa vie, il combattit l'arianisme. Il fut très estimé par l'empereur Constantin le Grand.

 

Saint Ambroise-Edouard Barlow, martyr, bénédictin (en 1641)

Baptisé dans l'Eglise catholique, il avait été élevé en protestant mais se reconvertit. Il fit ses études sacerdotales à Douai et Valladolid. En 1615, il fit sa profession monastique à Saint-Grégoire, l'actuel Downside. Sa communauté accepta sa demande de transfert à l'abbaye espagnole de Celanova. Il fut envoyé à la mission anglaise dans son Lancashire natal, où il travailla vingt ans. A quatre reprises, il fut emprisonné et relâché. La cinquième fois, il fut exécuté à Lancaster. Canonisé par Paul VI en 1970.

 

Saint Jean-Gabriel Perboyre, martyr, lazariste (1802-1840)

Né à Peuch, dans le diocèse de Montauban, il rejoignit les lazaristes en 1818. Ordonné prêtre, il enseigna la théologie à Saint-Flour de 1825 à 1835. A la mort de son frère, missionnaire en Chine, il s'offrit de le remplacer. Il fut envoyé dans la mission de Honan à partir de 1836. Quatre ans plus tard, après un long emprisonnement et beaucoup de tortures, il fut étranglé sur une croix. Canonisé par Jean-Paul II en 1996.

 

le Bienheureux Louis le Grand, roi (en 1382)

Un des plus grands rois de Hongrie. Il occupa en outre le trône de Pologne et favorisa l'extension de l'Eglise dans les Balkans. Bien qu'il n'ait jamais été béatifié officiellement, les Polonais lui ont donné le titre de bienheureux et ont répandu son culte dans tout le pays.